Le CFA entreprise : les nouveautés suite à la loi avenir professionnel

CAP SUR LES NOUVEAUTÉS DU CFA ENTREPRISE

La réforme de la formation professionnelle du 5 septembre 2018 relative à la Liberté de choisir son avenir professionnel vient modifier considérablement le fonctionnement des CFA (centres de formation des apprentis). A noter, la possibilité nouvelle pour les entreprises d’ouvrir leur propre centre. En allégeant les conditions d’ouverture des CFA, le gouvernement propose une solution innovante pour les employeurs souhaitant s’investir dans la formation et le recrutement. 

« Un CFA d’entreprise est un outil de formation proche des lieux de production, susceptible de créer des parcours en adéquation avec les exigences des métiers et leurs enjeux de compétences » Extrait du N° mai 2019, revue de l’ANDRH

Un exemple parlant : le Secteur de la restauration

En lien avec la nouvelle opportunité du CFA interne, plusieurs sociétés ont déjà prévu d’ouvrir leur propre centre de formation. Certaines se sont d’ailleurs alliées autour de projets communs : quatre grands groupes ont d’ores et déjà annoncé le lancement d’un projet commun de CFA dans le secteur de la restauration. Leur motivation principale : reprendre la main sur le développement de formations internes qualifiantes plus adaptées à l’évolution des postes ou métiers actuellement en tension, avec 3 objectifs :

  • Un démarrage rapide des formations, dès 2020
  • Des procédures administratives simplifiées au maximum
  • La mise en place de formations transverses, adaptées aux besoins des groupes

La libéralisation de l’offre de formation

Afin de développer une véritable offre de formation par le biais des CFA, les entreprises devront s’adapter aux attentes de leurs futurs apprentis tout en répondant à leurs propres besoins. En construisant des diplômes sur mesure, elles deviennent petit à petit de véritables entrepreneurs de l’apprentissage. Dans la même logique, les branches seront davantage investies dans la création de titres professionnels.

De plus, face à la progression de la digitalisation, de l’individualisation pédagogique et du renforcement des compétences des formateurs, les acteurs de la formation devront relever le challenge du développement d’une offre de formation plus flexible. Aujourd’hui, les organismes répondent de plus en plus à des demandes de certifications modulaires et digitalisées.
 

La libéralisation de la formation permet à l’entreprise d’adapter au mieux les compétences des salariés et de se réapproprier leurs formations cœur de métier. Les nouvelles règles d’éligibilité au RNCP (Répertoire National des Certifications professionnelles) et le découpage des formations en blocs de compétences vont progressivement amener les CFA à créer une véritable stratégie de certification.
 

Quelles opportunités pour mon entreprise ? 

  # Des formations sur mesure, au plus proche des besoins en compétences

Une procédure d’enregistrement simplifiée pour les certifications professionnelles portant sur les métiers identifiés comme en évolution ou émergents. Le certificateur dépose la demande d’enregistrement simplifiée via la nouvelle téléprocédure accessible sur le site internet de France Compétences qui sera ensuite instruite et transmise pour avis devant la commission de la certification professionnelle.

  # Une solution pour les métiers en tension

Les DRH espèrent ainsi gagner en réactivité sur leurs embauches, et comptent beaucoup sur le CFA Entreprise pour répondre aux difficultés de recrutement dans les domaines actuellement en tension. L’objectif principal : attirer, former et fidéliser sur ces secteurs.

  # La transversalité des compétences

La création d’une offre d’apprentissage commune à plusieurs sociétés implique une meilleure prise de recul sur les méthodes pédagogiques utilisées : digitalisation, savoir-être et sens du service sont les fondements d’un socle commun de compétences à plusieurs sociétés appartenant au même CFA.

  # La promotion de l’ascenseur social et la fidélisation des salariés

Proposer des parcours de formation qualifiants : le meilleur moyen de rester compétitif et à la pointe du marché.



EBOOK CPF

Découvrez comment, en 2019, le CPF rénové va devenir l’outil incontournable de votre plan de formation.

CFA entreprise : mode d’emploi

  # Qualité et simplicité

Telle est la base de la procédure publiée par le Ministère du Travail dans un « KIT » expliquant aux employeurs la procédure à suivre pour créer un CFA.

  • # Prêt à ouvrir votre CFA ? 

Il vous suffit de :

• Fournir une déclaration d’activité de votre structure de formation auprès des services de l’État
• Mentionner dans l’objet de vos statuts : l’activité de formation en apprentissage.

Le CFA doit respecter les conditions suivantes :

• Gratuité de la formation pour l’apprenti
• Institution d’un conseil de perfectionnement (qui veille au bon fonctionnement du CFA)
• Tenue d’une comptabilité analytique avec diffusion annuelle de résultats

  • # LA GOUVERNANCE PAR FRANCE COMPÉTENCES : « GARANT QUALITÉ DES CFA » 

Le réforme de la formation professionnelle introduit un nouveau système de certification pour renforcer la qualité des formations dispensées par les CFA. La simplification des procédures administratives n’allège pas les exigences de qualité !

En 2021, l’ouverture d’un CFA ne sera plus soumise à une autorisation administrative : tout organisme pourra se lancer dans cette activité à condition d’avoir obtenu la certification ad hoc.

Cette certification qualité sera validée par un organisme agréé. Le cahier des charges, qui reprend principalement la quasi-totalité de la règlementation des organismes de formation, devrait être publié par France Compétences cette année.

Toutefois les CFA existants au 6 septembre 2018 sont réputés satisfaire aux critères qualité jusqu’au 31 décembre 2021. Ils ne seront donc soumis à l’obligation de certification qu’à compter du 1er janvier 2022.

Pour les autres CFA, l’obligation s’appliquera à compter du 1er janvier 2021, comme pour les autres organismes de formation. 

#LES NOUVELLES MISSIONS PHARES DES CFA

Bien que la tendance soit à la désintermédiation et la digitalisation des formations, il n’en est pas moins important de renforcer l’accompagnement des apprentis tout au long de leur parcours.

C’est pourquoi les missions des centres vont en ce sens, pour :

  • Assurer la cohérence entre la formation et la mission en entreprise
  • Permettre aux apprentis, en cas de rupture de leur contrat, la poursuite de leur formation pendant 6 mois
  • Assurer le suivi et l’accompagnement des apprentis lorsque la formation est réalisée à distance
  • Evaluer les compétences acquises par les apprentis dans le respect des règles définies

La réforme de la formation professionnelle modifie considérablement le positionnement de la « pédagogie alternance » en permettant d’adapter la formation au plus proche des besoins. Grâce au CFA interne, les entreprises, plongées au cœur d’une logique de marché, peuvent dès aujourd’hui développer rapidement et sans frein administratif les formations correspondant à leurs besoins en compétences, et palier plus efficacement au manque de main d’œuvre.

Marion Cossalter

Marion Cossalter

Conseillère Formation, Financement et CPF

« Passionnée de nature, je suis convaincue du pouvoir des plantes sur le bien-être au travail. Adoptons la green attitude ! »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *